Simonetta Sommaruga au Comité mixte Schengen du Conseil des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l’UE

Communiqués, DFJP, 12.05.2011

Berne. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), a participé aujourd’hui à la réunion du Comité mixte Schengen du Conseil des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l’Union européenne (UE) qui s’est tenue à Bruxelles. Les discussions ont porté sur la collaboration entre les États Schengen et l’évolution de la situation en Afrique du Nord.

Réunissant les ministres de la Justice et de l’Intérieur des États membres de l’UE et des États associés à Schengen, le Comité mixte Schengen s’est penché sur l’avancement des travaux concernant l’adaptation du règlement relatif à l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (FRONTEX), dont les capacités seront renforcées. Il a ensuite examiné les mesures proposées par la Commission le 4 mai 2011 pour assurer une meilleure gestion des flux migratoires en provenance d’Afrique du Nord, notamment en rendant le contrôle des frontières extérieures Schengen plus efficace et en améliorant le mécanisme d’évaluation de Schengen. La nécessité de prévoir des possibilités supplémentaires pour la réalisation de contrôles aux frontières intérieures a également été discutée. La Commission s’est engagée à faire une proposition en ce sens.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a souligné, à cet égard, que les décisions relatives aux contrôles aux frontières intérieures devaient rester du ressort de chaque État Schengen. Les ministres sont unanimes quant à la nécessité d’axer les efforts, principalement, sur le renforcement du système Schengen.

Conférence sur les personnes nécessitant une protection à Malte

À la demande de Malte et sur invitation de la Commission, une conférence s’est aussi tenue ce jour concernant, d’une part, l’extension d’un projet pilote en faveur des personnes nécessitant une protection à Malte et, d’autre part, la réinstallation de réfugiés en provenance d’Afrique du Nord. Du fait de sa situation géographique, Malte, qui est le plus petit des États membres de l’UE, est particulièrement touchée par les flux migratoires actuels. Pour soulager Malte dans ces conditions difficiles tout en contribuant à renforcer le système Schengen, la Suisse, comme de nombreux autres États Schengen, s’est déclarée prête à examiner la possibilité d’accueillir un petit groupe de réfugiés reconnus.

  

Contact / renseignements

Daniel Klingele, Mission de la Suisse auprès de l’UE, tél. +32 473 98 34 20