Office fédéral de la justice

Violence des jeunes

Ampleur, causes et mesures envisageables

De quoi s’agit-il ?

Plusieurs actes de violence graves commis récemment par des mineurs ont éveillé la crainte, auprès de la population, d’une montée de la violence chez les jeunes. Les statistiques ne permettent pas aujourd’hui de tirer des conclusions exactes quant à l’ampleur de ce phénomène, car elles ne révèlent pas le "chiffre noir" de la criminalité juvénile. Mais elles laissent néanmoins apparaître que la propension des jeunes à la violence s’est effectivement amplifiée. Afin de lutter efficacement contre la violence des jeunes, le Département fédéral de justice et police (DFJP) a élaboré une liste des mesures concrètes destinées à être mises en œuvre par la police, les autorités de poursuite pénales, les autorités d’exécution des peines et mesures et les autorités compétentes en matière de migration. Il s’est limité aux domaines qui relèvent de sa compétence. Son rapport se veut complémentaire du rapport du Conseil fédéral consacré à la violence juvénile, qui a été élaboré par le Département fédéral de l’intérieur (DFI).

Les étapes préalables
  • Le DFJP a envoyé en consultation auprès des milieux intéressés un rapport sur la violence des jeunes le 29 juin 2007 (communiqué aux médias communiqué aux médias).
  • Le 11 avril 2008, le DFJP publie la version finalisée de son rapport. Il est résolu à mettre en œuvre dans les délais prévus les mesures énumérées dans la partie III et à prendre dorénavant toutes les mesures qui lui semblent appropriées et praticables pour lutter contre la violence chez les jeunes.
  • Le 25 mai 2009, le Conseil fédéral adopte le rapport "Les jeunes et la violence - pour une prévention efficace dans la famille, l'école, l'espace social et les médias" (communiqué aux médias communiqué aux médias).
  • Le 2 juillet 2009, l'Office fédéral de la police (fedpol) publie les résultats de l'enquête effectuée auprès des cantons concernant les jeunes multirécidivistes (communiqué aux médias communiqué aux médias).

Contact / renseignements
Christine Hauri, Office fédéral de la justice, T +41 31 325 15 17, Contact