Office fédéral des migrations

Schengen/Dublin

Aperçu

Les Accords de Schengen et de Dublin ont pour objectif de coordonner les efforts des Etats membres de l'UE en vue de renforcer les libertés individuelles des citoyens et, parallèlement, d'améliorer la sécurité en Europe. En d'autres termes, cela signifie que la garantie de la sécurité intérieure, tout comme la maîtrise des flux migratoires dans le domaine de l'asile, ont été, depuis longtemps, reconnues comme des problèmes auxquels on ne peut plus faire face à l'échelon national et qui doivent donc être résolus par une démarche concertée et cohérente de tous les Etats.

Tous les anciens pays membres de l'UE (UE-15) sont parties aux Accords de Schengen et de Dublin, bien que le Royaume-Uni et l'Irlande n'y prennent part que dans des domaines bien définis. La Norvège et l'Islande, quoique non-membres de l'UE, participent également à Schengen et à Dublin. Avec la participation des dix nouveaux pays membres de l'UE (UE-10), qui a commencé le 21 décembre 2007, ce sont 27 pays européens qui peuvent tirer avantage entièrement ou partiellement de cette structure transfrontalière. Dans notre pays aussi, on a de plus en plus conscience que le niveau de sécurité ne pourra être maintenu que par le biais d'une coopération étroite et exempte d'obstacles entre les autorités suisses et leurs homologues à l'étranger. La Suisse a conclu un accord d'association à Schengen/Dublin le 26 octobre 2004.

Le vendredi 12 décembre 2008, l'accord d’association de la Suisse à Schengen est entré en vigueur. Depuis cette date, les visas Schengen sont acceptés pour l'entrée en Suisse.