Sécurité

Armes

La loi sur les armes ne règle pas uniquement la possession, l’acquisition et le port d’armes, elle définit également ce qui doit être considéré comme une arme. En Suisse, seules les personnes majeures peuvent acquérir une arme, pour autant qu’aucun indice ne donne à penser qu’elles pourraient alors représenter un danger pour elles-mêmes ou pour autrui. Les armes sont classées en trois catégories en fonction de leur dangerosité : armes interdites, armes soumises à autorisation et armes soumises à déclaration. Les armes soumises à autorisation nécessitent un permis d’acquisition. Quant aux armes soumises à déclaration, un contrat écrit est requis pour pouvoir les acheter. Les bureaux cantonaux des armes saisissent les données relatives à chaque acquisition dans un registre électronique.

Coopération policière

Pour lutter contre la criminalité transfrontalière, les représentants des forces de police suisses doivent pouvoir coopérer avec leurs homologues étrangers, ainsi qu’avec des organisations de police internationales et européennes, telles INTERPOL et Europol. La Suisse s’emploie donc à intensifier sa collaboration avec INTERPOL, mais aussi avec d’autres pays, en concluant des accords de coopération en matière de police. L’entrée en vigueur de l’accord d’association à Schengen, à la fin de 2008, a ainsi permis de renforcer la coopération multilatérale à l’échelle européenne. L’Office fédéral de la police (fedpol) est à la fois point de contact et instance de coordination pour la coopération policière internationale. Il assure en outre une fonction d’interface entre les autorités de police et celles de poursuite pénale des cantons, ainsi qu’avec leurs homologues à l’étranger.