Recherche et préservation des preuves de massacres

La Suisse participe à l'action internationale menée au Kosovo

Mots-clés: Poursuite pénale

Communiqués, fedpol, 22.06.1999

La Suisse a mis sur pied un des cinq détachements avancés qui auront pour tâche de recueillir les première preuves des massacres perpétrés par l'armée et la police yougoslaves au Kosovo. Demain mercredi les quatre personnes formant le détachement avancé suisse ont pris l'avion pour Skopje. Il s'agit de policiers provenant des cantons de Zurich, Berne, Vaud et du Valais.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie avait, dans une lettre du 17 mai 1999, sollicité l'aide de plusieurs pays européens. En effet, ce Tribunal a besoin de preuves pour étayer la plainte pénale déposée contre Slobodan Milosevic, chef de l'Etat yougoslave, et d'autres personnes pour crime grave contre l'humanité, assassinat et déportation.

Les détachements avancés gagneront leur lieu d'intervention avec les troupes de la KFOR et resteront au maximum trois semaines sur place. Après avoir reçu une brève formation dispensée par des collaborateurs du Tribunal international, les membres du détachement avancé suisse se mettront à l'œuvre dans la zone de protection allemande. Les détachements avancés ont pour mission de préserver les premières preuves des forfaits et de préparer l'intervention des équipes d'enquêteurs qui viendront par la suite. Celles-ci comptent entre quinze et vingt-cinq personnes et se composent en majorité de spécialistes appartenant à des unités DVI (DVI = Disaster Victim Identification). La Suisse ne fournira pas d'équipe d'enquêteurs car elle ne dispose pas d'une équipe DVI suffisamment entraînée et expérimentée. Cependant, elle est prête à apporter son soutien aux équipes DVI des autres pays en leur fournissant des experts. L'Office fédéral de la police (OFP), organe coordinateur de l'intervention suisse au Kosovo, a donc demandé aux commandants des police cantonales et aux instituts de médecine légale de vouloir bien mettre des experts à disposition des équipes étrangères en vue d'un engagement bénévole d'une durée maximale de quatre semaines.