Multiplication des délits violents, essor du trafic de stupéfiants et recrudescence des décès dus à la consommation de drogue

L'Office fédéral de la police publie la Statistique policière de la criminalité et la Statistique des stupéfiants 2003

Mots-clés: Statistique | Drogues

Communiqués, fedpol, 25.05.2004

La Statistique des stupéfiants et la Statistique policière de la criminalité (SPC) publiées mardi par l'Office fédéral de la police (fedpol) révèlent que le nombre d'infractions a augmenté de 8 % en Suisse en 2003. Le nombre de dénonciations pour trafic de stupéfiants a augmenté de 5,9 %. Par ailleurs, 194 décès dus à la consommation de drogue ont été déplorés en 2003, soit 27 de plus qu'en 2002. Les infractions avec violence et les infractions économiques ont connu une hausse marquée et la criminalité des étrangers continue elle aussi de croître. Enfin, si la délinquance juvénile a généralement baissé, le nombre de délits violents commis par des mineurs s'oriente, lui, à la hausse.

La SPC 2003 réunit les dénonciations enregistrées par les cantons au cours de l'année considérée pour certains types de délits. En tout, 332 452 infractions ont ainsi été dénoncées, 25 000 de plus qu'en 2002. Les augmentations les plus fortes concernent les infractions avec violence et les infractions économiques.

Criminalité dans le secteur financier

Le nombre de dénonciations pour blanchiment d'argent a augmenté de 27 %. L'explosion du nombre d'abus de confiance (+ 76 %) est liée à deux séries d'affaires particulièrement complexes qui se sont produites en septembre et en décembre 2003. Le nombre d'escroqueries a quant à lui reculé de 9,3 %.

Plus de violence et de violence sexuelle

Le nombre de dénonciations pour viol a augmenté de 13 %. Pour les menaces, la hausse est de 11,6 %. Les dénonciations pour lésions corporelles et pour brigandage ont progressé de 10 %.

Le nombre d'homicides est relativement stable depuis une dizaine d'années. Il tourne en moyenne autour de 200. La baisse de 12 % enregistrée en 2003 pourrait être purement fortuite. Depuis 1998, les violences et les menaces contre des fonctionnaires ne cessent de se multiplier. Un pic de plus d'un millier d'infractions de ce type a été enregistré en 2002, peu de temps après l'affaire Leibacher (auteur de la tuerie de Zoug en septembre 2001). Les chiffres de 2003 font état de près d'un millier de menaces. Les atteintes à l'intégrité sexuelle et à l'intégrité corporelle ont connu une croissance soutenue depuis 1992, à l'exception des homicides dont le nombre est resté relativement stable.

Plus de délinquants étrangers

En 2003, 55,3 % des délinquants identifiés étaient des ressortissants étrangers (+ 4,5 %). Cette proportion dépasse donc celle de 1998, année où elle culminait à 54,85 %. Depuis 1996, le pourcentage de délinquants étrangers dépasse les 50 %.

Davantage de délits avec violence commis par des mineurs

La diminution de l'ordre de 13,5 % du nombre des dénonciations contre des personnes mineures s'explique en premier lieu par la baisse du nombre des dénonciations pour vol. Cela dit, pour les homicides, les lésions corporelles simples et graves, les brigandages et les menaces en général, le nombre de mineurs dénoncés est en hausse.

La croissance des dénonciations pour délits avec violence s'inscrit dans une tendance constatée depuis déjà plusieurs années. Des études indépendantes menées par des universités auprès de victimes demeurant sous le couvert de l'anonymat ont montré que la délinquance juvénile avait été multipliée par dix depuis 1956. L'évolution mise en évidence en Suisse est identique dans toute l'Europe.

Plus de décès dus à la consommation de stupéfiants

La Statistique des stupéfiants fait état d'une hausse du nombre des décès dus à la prise de drogue. 194 décès ont ainsi été enregistrés, 27 de plus qu'en 2002 (+16,2 %).

Le nombre d'infractions à la loi sur les stupéfiants a quant à lui reculé en 2003. 46 886 dénonciations ont été enregistrées, soit 4,7 % de moins qu'en 2002. Ce recul s'explique par la diminution du nombre de dénonciations pour consommation de drogue, notamment d'ecstasy, de haschisch et d'héroïne: 37 464 contre 39 603 en 2002, soit 5,7 % de moins. L'essentiel des dénonciations ont porté sur des consommateurs de marijuana.

Les dénonciations pour trafic de stupéfiants ont augmenté de 5,9 %. 3649 personnes ont ainsi été dénoncées en 2003 contre 3447 en 2002. Les dénonciations concernent surtout, par ordre décroissant, le trafic de cocaïne, de marijuana et d'héroïne.

Les concepts de la SPC et de la Statistique des stupéfiants sont en cours de révision, car leurs résultats ne sont pas suffisamment parlants et malheureusement incomplets. Les chiffres de 2003 oscillent dans la moyenne habituelle. L'Office fédéral de la statistique mène cette année un projet-pilote avec un échantillon de cantons. Ce projet devrait permettre, à moyen terme, de jeter les bases de la mise en œuvre d'une statistique révisée.

Infos complémentaires