Dossier jurassien: Christoph Blocher rencontre les représentants des gouvernements cantonaux bernois et jurassien

Communiqués, DFJP, 22.03.2005

Berne, 22.03.2005 Le Conseiller fédéral Christoph Blocher, chef du Département fédéral de justice et police, a présidé mardi la Conférence tripartite qui réunit, outre le représentant du Conseil fédéral, les délégations aux affaires jurassiennes des gouvernements bernois et jurassien.

Les participants à la Conférence tripartite ont examiné le rapport annuel 2004 de l'Assemblée interjurassienne (AIJ). Ils ont également procédé à un échange de vues sur l'évolution du dossier avec le Président de l'AIJ, l'ancien Conseiller d'Etat valaisan Serge Sierro. Le mandat de ce dernier a en outre été prolongé pour 2006.

Le Conseiller fédéral Christoph Blocher et les représentants des gouvernements bernois et jurassien ont plus particulièrement abordé, à la demande notamment de l'AIJ, les conséquences de l'adoption de l'initiative « un seul Jura » par le Parlement jurassien.

Dans ce cadre, les participants à la Conférence tripartite restent acquis à l'idée que l'AIJ est la mieux à même d'effectuer l'étude d'une éventuelle entité à six districts, et ils souscrivent à la déclaration de l'AIJ du 15 mars dernier (http://www.assemblee-interjura.ch/index.php?page=prise).

Les représentants du gouvernement jurassien ont indiqué qu'ils étaient disposés à faire des propositions qui soient de nature à satisfaire les revendications de l'initiative « Un seul Jura » et qui confirment le rôle de l'AIJ, à qui serait confié, avec l'accord du gouvernement bernois et du Conseil fédéral, le mandat de réaliser l'étude sur une nouvelle entité à six districts.

Les représentants du gouvernement bernois demandent quant à eux que l'AIJ soit le seul lieu institutionnel pour la réalisation de cette étude, et que cette étude soit menée de manière indépendante, bilatérale et en partenariat. Dans ces conditions, ils sont disposés à rechercher, avec le gouvernement jurassien, la formulation d'un mandat donné à l'AIJ. Si ces conditions n'étaient pas satisfaites, ils se réservent de demander une modification de l'Accord du 25 mars 1994.

Différents contacts seront pris par les gouvernements, et les pourparlers vont se poursuivre.