Bilan 2007 du SCOCI: plus de 10 000 communications de soupçons reçues

Mots-clés: Abus sexuel | Pornographie

Communiqués, fedpol, 20.06.2008

Berne. Au cours de l'année 2007, le Service national de coordination contre la criminalité sur Internet (SCOCI) a reçu plus de 10 000 communications de soupçons par le biais d'Internet. Entre 400 et 1100 communications lui ont été envoyées chaque mois par les internautes au moyen du formulaire électronique disponible sur son site. 734 dossiers relatifs à des cas suspects ont été transmis aux cantons concernés ou par le biais d'INTERPOL aux autorités compétentes à l'étranger.

Pour l'ensemble de l'année 2007, le service de coordination a recensé 10 195 communications entrantes (contre 6329 en 206). Ce chiffre inhabituellement élevé est dû avant tout aux différentes vagues de spams dirigées contre les internautes suisses: ces e-mails contenaient en pièce jointe des maliciels visant les systèmes d'e-banking.

Si les communications de soupçons portaient sur les infractions les plus diverses; un grand nombre d'entre elles concernaient les spams (20, 8 %), suivies de près par les cas de pornographie enfantine (19,9 %). L'augmentation constante des communications concernant la criminalité économique s'est clairement poursuivie (11,4 % en 2007 contre 4,5 % en 2006).

Le SCOCI a constitué 366 dossiers concernant la Suisse, qui ont été transmis aux autorités cantonales de poursuite pénale: parmi eux, 88 cas découlaient d'une communication de soupçons (97 en 2006). A travers ses propres recherches, le SCOCI a en outre établi 278 dossiers (259 en 2006) concernant des présomptions de possession ou de diffusion de pornographie enfantine.

Dossiers transmis: hausse de 17 %
Parmi les 734 dossiers transmis (contre 637 en 2006, + 17 %), 368 n'étaient pas en lien direct avec la Suisse et ont donc été transmis aux autorités compétentes à l'étranger par le biais d'INTERPOL.

Un rôle essentiel en amont de la poursuite pénale
Ainsi, cinq ans après sa création, le service national de coordination contre la criminalité sur Internet peut se féliciter d'avoir une fois de plus rempli sa tâche avec succès, en transmettant de nombreux éléments d'enquête aux autorités de poursuite pénale et en contribuant à l'aboutissement de ces enquêtes. Les instruments utilisés dans la recherche sur Internet sans soupçons particuliers ont par ailleurs suscité un grand intérêt au niveau international.