Réunion du Conseil JAI à Luxembourg : plan d’action contre les migrations illégales

Communiqués, DFJP, 26.04.2012

Berne. Les États Schengen veulent définir une série de mesures pour faire face ensemble aux flux migratoires illégaux. Le Conseil Justice et Affaires intérieures (JAI) de l’Union européenne (UE) a discuté ce jeudi d’un plan d’action en ce sens. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), s’est félicitée de cette démarche commune, qui est aussi dans l’intérêt de la Suisse.

La question des migrations illégales et de leurs conséquences pour les États membres de l’UE avait déjà occupé les ministres des États Schengen en décembre 2011. À l’occasion de la réunion du Conseil JAI à Luxembourg, la présidence danoise de l’UE a présenté un plan d’action mettant en lumière six axes stratégiques où des efforts accrus sont nécessaires pour lutter contre les flux migratoires irréguliers.

Ce document fixe une série d’objectifs : endiguer l’immigration illégale via la frontière gréco-turque, améliorer la gestion des frontières aux frontières extérieures, lutter contre l’utilisation abusive des voies de migration légales, renforcer la coopération avec les États de transit et de provenance, notamment en matière de retours et de gestion des flux migratoires sur place, et enfin, combattre les abus de la liberté de voyager instaurée au sein de l’UE.

Ce plan d’action commun doit ouvrir la voie à des mesures concrètes que les États membres de l’UE entendent arrêter ensemble. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga salue cette initiative, soulignant qu’une action cohérente contre les migrations illégales et les abus en matière d’asile est indispensable pour garantir, à l’avenir également, la crédibilité de la politique d’asile.

La présidence danoise de l’UE a aussi mis cette rencontre à profit pour faire le point sur l’état d’avancement de la mise en œuvre du Système d’information Schengen de deuxième génération (SIS II), dont l’exploitation doit débuter au premier trimestre de 2013.

En marge de la réunion enfin, la cheffe du DFJP s’est entretenue avec ses homologues, ainsi qu’avec les représentants de la présidence danoise et de la Commission de l’UE, de la décision du Conseil fédéral d’activer la clause de sauvegarde à l’égard des États de l’UE-8.