Rencontre des ministres de la Justice et des Affaires intérieures de l’UE : pour une coopération plus étroite en matière de migrations

Communiqués, DFJP, 24.07.2012

Berne. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), a participé à la réunion informelle du Conseil des ministres de la Justice et des Affaires intérieures (Conseil JAI) de l’Union européenne (UE), qui s’est tenue lundi et mardi à Nicosie, à l’invitation de la présidence chypriote du Conseil de l’UE. Les discussions ont porté notamment sur des questions de politique migratoire et sur la situation en Syrie.

Les réunions informelles, qui sont organisées à l’invitation de la présidence du Conseil, sont l’occasion pour les États Schengen d’un échange de vues général sur des sujets importants d’actualité. Les ministres se sont penchés notamment sur le troisième rapport annuel de la Commission sur l’immigration et l’asile. À cet égard, ils ont relevé qu’il faut porter un regard nuancé sur les migrations et surtout ne pas perdre de vue le fait que l’immigration a eu un impact positif sur le développement économique et culturel de l’Europe. En ce qui concerne les migrations irrégulières, les ministres constatent que les outils existent pour lutter ensemble contre ce phénomène, mais qu’il s’agit de les appliquer de façon rigoureuse.

Madame Sommaruga a souligné l’importance d’un renforcement de la coopération entre les États Schengen dans le domaine des migrations, de manière à garantir une meilleure protection aux réfugiés, mais aussi afin de lutter avec détermination contre la traite d’êtres humains et de venir en aide aux États particulièrement sollicités, en admettant des contingents de réfugiés. Il convient également, pour la conseillère fédérale, d’encourager l’intégration des migrants et d’intensifier la collaboration avec les États de transit et de provenance.

La situation en Syrie a aussi été à l’ordre du jour des discussions. Pour la cheffe du DFJP, la priorité doit être donnée à l’aide humanitaire sur place et dans les pays voisins qui accueillent le plus de réfugiés syriens. Madame Sommaruga a également déclaré qu’il importait d’arrêter des mesures pour le cas où la situation se dégraderait encore. Le Bureau européen d’appui en matière d’asile pourrait, selon elle, jouer un rôle important à cet égard, en renforçant la solidarité, la communication et la coordination au sein de l’UE.

Le Conseil JAI a par ailleurs mené une première discussion sur la réforme prévue du cadre législatif de l’UE en matière de protection des données. Enfin, les ministres se sont aussi entretenus des défis en lien avec la lutte contre la cybercriminalité et la protection des infrastructures critiques. Ces échanges se sont révélés particulièrement intéressants pour la Suisse, puisqu’elle a récemment défini des stratégies pour ces deux domaines d’activité.