Publication du rapport sur la migration 2011

Communiqués, ODM, 27.07.2012

Berne. Deux des éléments clés contenus dans le rapport sur la migration 2011, publié aujourd’hui par l’Office fédéral des migrations (ODM), sont le plan d’intégration et les répercussions de la crise en Afrique du Nord sur la Suisse et l’Europe. Le rapport présente, chiffres à l’appui, les faits migratoires qui ont marqué l’année 2011 et donne un aperçu de différentes activités de l’ODM.

En 2011, le nombre de demandes d’asile a fortement augmenté dans toute l’Europe, et donc en Suisse également. Cette évolution s’explique non seulement par les événements survenus en Afrique du Nord mais aussi par l’ouverture de la route méditerranéenne centrale. Cette hausse des demandes a entraîné des goulets d’étranglement au niveau de l’hébergement des requérants et ce, aussi bien dans les sites fédéraux que dans les structures d’accueil cantonales. Au mois de mars 2011, le Département fédéral de justice et police (DFJP) a publié son rapport sur des mesures d’accélération dans le domaine de l’asile. Pièce maîtresse de ce rapport : le projet visant, à long terme, à ce qu’une majorité de procédures d’asile soient effectuées dans les centres fédéraux dans de brefs délais. C’est cette voie que suit actuellement la Confédération, en collaboration avec les acteurs concernés aux différents niveaux fédéraux.

En mars 2011, le Conseil fédéral s’est en outre doté d’un plan d’intégration en quatre points. Il prévoit de réviser la loi fédérale sur les étrangers afin d’asseoir le principe "encourager et exiger". L’idée est de responsabiliser davantage les immigrés quant à leur intégration, la Confédération et les cantons s’engageant, pour leur part, à créer des conditions cadres propices.

Outre des chiffres et des faits relevant des domaines de l’asile et des étrangers, le rapport sur la migration 2011 contient aussi des informations concernant, notamment, la révision de l’ordonnance sur l’établissement de documents de voyage pour étrangers, la stratégie de gestion intégrée des frontières et l’accord de Dublin.