Allocution télévisée

Votation populaire du 9 juin 2013

Allocution télévisée du conseiller fédéral Alain Berset

noVideoPlaybackCapabilities

 

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Nous votons plusieurs fois par an sur des objets complexes. Et nous sommes fiers de ce droit de participation, qui nous permet aussi d’élire tous les quatre ans notre Parlement. Ses membres siègent à Berne et ils ont la compétence, notamment, d’élire les membres du Conseil fédéral.

Le 9 juin, nous sommes appelés aux urnes pour dire si nous voulons modifier ce système. Puisqu’une initiative populaire propose que le Conseil fédéral soit élu, non plus par le Parlement, mais par le peuple.

Le Conseil fédéral estime qu’une élection de ses membres par les citoyens transformerait grandement la vie politique en Suisse. Et qu’elle ne servirait pas à notre démocratie. Avec le changement proposé, les femmes et les hommes politiques seraient en campagne permanente.

À la différence des candidats à un exécutif cantonal, dont les membres sont élus par le peuple, les candidats au Conseil fédéral devraient mener campagne dans tout le pays – avec ses 26 cantons, ses quatre langues et ses différentes cultures. Le temps et l’énergie investis dans cette bataille électorale seraient autant de ressources qu’ils ne pourraient pas consacrer à la conduite du pays.

Il ne faut pas non plus sous-estimer le coût de ces campagnes. Le soutien d’un puissant lobby ou d’un parti en mesure de financer des campagnes d’envergure nationale serait indispensable pour une candidature sérieuse.

L’acceptation de l’initiative affaiblirait en outre le Parlement. En perdant la compétence d’élire le Conseil fédéral, il serait privé d’une prérogative majeure. La coopération avec le Conseil fédéral pourrait aussi en pâtir.

Les auteurs de l’initiative veulent protéger les minorités dans notre pays et proposent, pour y parvenir, d’instaurer un quota pour les régions francophones et italophones. Cette règle équivaudrait, dans les faits, à diviser la Suisse en deux circonscriptions électorales. Les régions italophones seraient désavantagées par rapport à la Suisse romande, qui compte plus d’électeurs. Et que dire des régions rhéto-romanes, que les auteurs de l’initiative ont tout bonnement oubliées ?

Depuis la fondation de notre État fédéral, le peuple élit les membres du Parlement, qui élisent à leur tour le Conseil fédéral. Ce système a fait ses preuves. Il a contribué à la stabilité et, aussi, à la prospérité de notre pays.

Pour toutes ces raisons, le Conseil fédéral et le Parlement vous recommandent de rejeter l’initiative populaire pour l’élection du Conseil fédéral par le peuple, le 9 juin prochain.

vers le haut Dernière modification 17.05.2013