Initiative populaire "Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles" (Ecopop)

Votation populaire du 30 novembre 2014

L’initiative populaire « Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles » (Ecopop) a été rejetée, le 30 novembre 2014, par une majorité du peuple et des cantons.
 

Résultats finaux officiels provisoires (participation: 49.4%)

Oui 25.9% /Non 74.1%

Vous trouvez ci-dessous les informations que le DFJP avait mises en ligne au sujet de l’initiative "Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles" (Ecopop) avant la votation du 30 novembre 2014.


L’initiative populaire "Halte à la surpopulation – Oui à la préservation durable des ressources naturelles" (initiative d’Ecopop) entend préserver les ressources naturelles. À cette fin, elle veut d’une part limiter à 0,2 % par an l’accroissement de la population résidant de manière permanente en Suisse qui est attribuable au solde migratoire. Cela correspond aujourd’hui à moins de 17 000 personnes. D’autre part, la Confédération devra investir au moins 10 % des moyens qu’elle consacre à la coopération internationale au développement dans la planification familiale volontaire, soit environ 150 millions de francs par année. 

Un danger pour notre prospérité

Le Conseil fédéral et le Parlement, tout comme les grands partis, rejettent l’initiative, qui n’est pas adaptée pour préserver les ressources naturelles. Pour le Conseil fédéral, prendre des mesures à l’encontre des étrangers ne résout aucun problème d’environnement. Une gestion consciencieuse des ressources naturelles telles que l’eau, le sol, l’air et l’énergie est bien plus indiquée. Or l’initiative ne dit rien à ce sujet.

Si elle ne contribuerait pas à la protection de l’environnement, l’initiative mettrait par contre en danger notre prospérité. Un taux d’immigration bas et rigide de 0,2 % mettrait notre économie à mal. Ainsi corsetée, la Suisse n’aurait plus aucune marge de manœuvre. Accepter l’initiative saperait également les efforts engagés pour assurer des relations solides et stables avec l’UE. Aussi le Conseil fédéral estime-t-il que l’initiative n’atteint pas l’objectif qu’elle se fixe et constitue même un danger.

Investir dans la lutte contre la pauvreté, dans la formation et dans l’égalité entre femmes et hommes

En plus du plafonnement de l’immigration, l’initiative exige des investissements dans la planification familiale volontaire dans les pays en développement, c’est-à-dire des taux de natalité plus bas. Toutefois, les taux de natalité élevés dans les pays en développement sont avant tout une conséquence de la pauvreté. Des investissements dans la planification familiale volontaire n’ont donc de sens que s’ils s’inscrivent dans une approche globale de lutte contre la pauvreté, qui met l’accent également sur la formation, la santé et l’égalité entre femmes et hommes.

Le Conseil fédéral et le Parlement recommandent de rejeter l’initiative populaire.

Le Conseil national l’a rejetée par 190 voix contre 3 et 5 abstentions, le Conseil des États par 44 voix contre 1 sans abstention.

Infos complémentaires

Liens

vers le haut Dernière modification 14.10.2014