Allocution télévisée

Votation populaire du 30 novembre 2014

noVideoPlaybackCapabilities

Mesdames et messieurs, chères concitoyennes, chers concitoyens,

Le 30 novembre prochain, nous voterons sur l’initiative dite Ecopop. Au début de cette année, le peuple suisse s’est prononcé sur une initiative relative à la migration. Le 9 février, la majorité de la population a approuvé l'initiative dite contre l'immigration de masse. Elle a adressé un message clair pour une meilleure maîtrise de la migration. Le Conseil fédéral a entendu ce message. Il applique de manière conséquente la décision populaire. Un plan de mise en œuvre a été présenté avant l'été. Un projet de loi est en train d'être rédigé. Les discussions sont également en préparation avec l'UE et les commissions du parlement viennent de donner leur feu vert au mandat de renégociation de l'accord sur la libre circulation des personnes, comme le demande l'article constitutionnel qui a été approuvé par le peuple et les cantons.
Le Conseil fédéral poursuit le double objectif de mieux maîtriser l'immigration et d'assurer l'avenir de la voie bilatérale avec l'UE. La voie bilatérale est une clé pour assurer la prospérité de notre pays. Et vous avez à de nombreuses reprises, mesdames et messieurs, confirmé son bien-fondé lors de votations populaires.

L'initiative dite Ecopop qui nous est soumise le 30 novembre propose également une restriction de la migration. Mais elle va beaucoup plus loin. Elle veut restreindre l’immigration avec une limite rigide à 0,2 % de la population, soit environ 17 000 personnes. C'est quatre fois moins qu'aujourd'hui. L’initiative exige par ailleurs que la Confédération investisse 10 % des moyens de la coopération au développement pour la planification familiale volontaire.

Le Conseil fédéral, le Parlement et tous les partis nationaux recommandent de rejeter l’initiative Ecopop car ses revendications sont excessives et parce qu'elle n'atteint pas son but. Est-ce vraiment en considérant la population comme un problème plus tôt que comme une solution, qu'on protègera l'environnement? Les enfants sont-ils vraiment à considérer comme un fléau plus tôt que comme la source de la vie, la source de l'avenir?

En restreignant drastiquement l'immigration, l'initiative provoquera une forte augmentation des travailleurs frontaliers, générant trafic, embouteillages. Est-ce vraiment ainsi qu'on va protéger l'environnement?
Le Conseil fédéral ne le pense pas.

Est-il judicieux, par ailleurs, d'utiliser un franc sur dix de l'aide au développement pour la planification des naissances dans les pays les plus pauvres, alors qu'il faut avant tout, dans ces pays, assurer l'accès à l'eau, l'accès à la nourriture, ainsi que la promotion de la santé, de l'éducation, de l'égalité en particulier pour les femmes et jeunes filles? Le Conseil fédéral veut que l'argent des Suisses soit bien investi pour aider les plus pauvres et les plus démunis de notre planète et notamment les enfants. Il ne souhaite pas, en revanche, qu'on gaspille plus de 150 millions de francs chaque année dans des mesures inadaptées.

Enfin, l'initiative Ecopop ne permettrait pas d'atteindre le double objectif de mieux maîtriser la migration tout en préservant la voie bilatérale. Son texte est incompatible avec la libre circulation des personnes et il s'appliquerait dès le 1er janvier prochain. L'initiative signerait ainsi l'arrêt de mort subite de la voie bilatérale, elle menacerait notre prospérité et nos emplois et pour toutes ces raisons, le Conseil fédéral et le Parlement vous recommandent, mesdames et messieurs, chères concitoyennes et concitoyens, de voter non à l'initiative Ecopop le 30 novembre prochain.

vers le haut Dernière modification 02.12.2014