Rencontre des ministres de l’intérieur des pays de langue allemande : discussions sur les défis communs en matière de migrations et de sécurité

Berne. Les ministres de l’intérieur des cinq pays de langue allemande étaient réunis, hier et aujourd’hui, pour discuter des enjeux actuels en matière de sécurité et de migrations. La rencontre s’est tenue cette année à Zurich, à l’invitation de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.
Rencontre des ministres de l’intérieur des pays de langue allemande
Etienne Schneider (Luxembourg), Johanna Mikl-Leitner (Autriche), Simonetta Sommaruga (Suisse), Thomas de Maizière (Allemagne), Thomas Zwiefelhofer (Liechtenstein)

Comme l’a déclaré Simonetta Sommaruga lors de sa rencontre avec Thomas de Maizière (Allemagne), Johanna Mikl-Leitner (Autriche), Thomas Zwiefelhofer (Liechtenstein) et Etienne Schneider (Luxembourg), une approche commune est indispensable pour relever les défis dont la portée dépasse le simple cadre national. Ce constat vaut tant pour la maîtrise des flux migratoires extraordinaires en Méditerranée que pour la lutte contre la criminalité, notamment au regard de la menace que font peser les personnes engagées dans des conflits à l’étranger et qui rentrent en Europe (problématique des combattants étrangers). Ces situations mettent en lumière la nécessité d’une coopération internationale. La Suisse peut apporter une contribution importante pour trouver des solutions communes, a souligné la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP).

Migrations : apporter une aide aux pays particulièrement sollicités

Cette rencontre a été l’occasion de poursuivre les discussions entamées lors de la dernière réunion des ministres européens de la justice et des affaires intérieures, qui s’est déroulée à Luxembourg au début du mois d’octobre.

En ce qui concerne la très forte proportion de migrants qui arrivent actuellement dans le sud de l’Italie, les cinq ministres se sont déclarés confiants, convaincus que la mise en œuvre à court terme de mesures pour intensifier la coopération au titre de Dublin et décharger les États particulièrement sollicités permettra de maîtriser cette situation extraordinaire. Une collaboration plus étroite avec les États tiers pour la fourniture d’une aide sur place et un renforcement de l’agence de protection des frontières extérieures, Frontex, sont aussi nécessaires. En contrepartie, il faut que tous les États Dublin se conforment aux règles communes convenues, même en période de surcharge extraordinaire. Le respect de ces règles et l’enregistrement systématique des nouveaux arrivants contribuent aussi, en définitive, à lutter contre le trafic de migrants et d’autres phénomènes connexes de la migration illégale.

Des mesures visant à combattre les abus en matière d’immigration ont aussi été évoquées. La cheffe du DFJP a mis à profit la rencontre pour informer ses homologues des travaux de mise en œuvre des nouvelles dispositions constitutionnelles sur l’immigration, acceptées en votation populaire le 9 février 2014.

Lutte contre la criminalité : importance d’une coopération étroite

Les échanges ont également porté sur des questions de sécurité. Les ministres ont expliqué la manière dont leurs pays respectifs évaluent la menace liée aux combattants partis faire le djihad qui rentrent au pays. Une collaboration étroite entre toutes les autorités à l’échelon international et national, en particulier l’échange d’informations entre forces de police à tous les niveaux, est ici indispensable.

Un autre sujet de discussion a été la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication et le recours à des mesures de surveillance spéciales. La conseillère fédérale a présenté à ses homologues les modifications législatives prévues. La révision en cours de la loi fédérale sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication permettra d’adapter le droit de la poursuite pénale aux progrès de la technologie. Madame Sommaruga a précisé que l’utilisation de ces mesures de surveillance spéciales sera strictement encadrée.

À l’issue des entretiens, la cheffe du DFJP a emmené ses hôtes au centre pilote de Zurich où sont testées les procédures d’asile accélérées afin qu’ils puissent se faire une idée plus concrète de la restructuration prévue du domaine de l’asile en Suisse.

Dernière modification 24.10.2014

Début de la page

Contact

Service de communication du DFJP
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
T +41 58 462 18 18
F +41 58 462 40 82
info@gs-ejpd.admin.ch

Imprimer contact

https://www.ejpd.admin.ch/content/ejpd/fr/home/aktuell/news/2014/2014-10-24.html