Solidarité dans le domaine de l’asile : Simonetta Sommaruga participe à la réunion des ministres européens de la justice et des affaires intérieures

Communiqués, DFJP, 26.01.2017

Berne. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a participé aujourd’hui à La Valette à la réunion informelle des ministres européens de la justice et des affaires intérieures. La question de la solidarité entre États dans le domaine des migrations a été au cœur des discussions. En marge de la réunion, la cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) s’est aussi entretenue avec son homologue allemand. Des visites sont par ailleurs prévues vendredi matin pour lui permettre de se faire une idée, sur le terrain, des défis auxquels doit faire face Malte et l’ensemble du bassin méditerranéen en matière migratoire.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga avec Carmelo Abela, ministre de l'intérieur et de la sécurité nationale, à Malte
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga avec Carmelo Abela, ministre de l'intérieur et de la sécurité nationale, à Malte

Cette première réunion sous la Présidence maltaise était consacrée au renforcement et au développement du système Dublin. Les ministres ont discuté de propositions concrètes pour mettre en œuvre les principes de solidarité et de répartition équitable des responsabilités entre les États Dublin. Madame Sommaruga a assuré ses homologues du soutien de la Suisse à un renforcement durable du système Dublin et de sa volonté de s’engager, à l’avenir également, en faveur d’un partage solidaire des responsabilités dans le domaine migratoire. Les pays européens n’ont pas d’autre choix que de veiller ensemble à la protection des frontières extérieures et à une répartition équitable et solidaire des requérants d’asile, a-t-elle relevé, ajoutant que la Suisse estime qu’il est important de définir un mécanisme de répartition le plus simple et le plus clair possible. La conseillère fédérale a aussi insisté sur la nécessité de convenir de critères avant qu’une nouvelle crise se produise.

Davantage d’experts suisses au sein de l’EASO

La cheffe du DFJP a souligné que l’Italie assume aujourd’hui pleinement ses responsabilités. Cette contribution essentielle au fonctionnement du système Dublin est importante non seulement pour l’Europe, mais aussi pour la Suisse, qui, de son côté, a renforcé son engagement au sein du Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO).

L’EASO, qui a son siège à Malte, œuvre depuis 2011 à l’harmonisation des régimes de l’asile au sein de l’UE et au renforcement de la collaboration entre les États membres. Il participe notamment à la gestion des centres d’identification et d’enregistrement des migrants (hotspots) situés en Grèce et en Italie. La Suisse soutient les activités du bureau depuis mars 2016 et va porter à 14, ce mois encore, le nombre d’experts suisses détachés dans les hotspots. C’est à partir de ces centres exploités conjointement par les États Dublin que des personnes à protéger sont transférées vers d’autres États membres. La Suisse prend aussi part à ce programme de relocalisation et a déjà accueilli, à ce titre, 340 requérants d’asile à partir de l’Italie et 28 autres à partir de la Grèce.

Banques de données et systèmes d’information

Les ministres ont aussi discuté des possibilités de développer les systèmes informatiques existants afin de renforcer les frontières extérieures de Schengen et d’accroître la sécurité intérieure. La saisie de données biométriques (empreintes dactyloscopiques, photographie du visage, etc.) et l’optimisation des modalités de consultation des systèmes d’information de l’UE figurent parmi les principales pistes envisagées.

Pour que ce développement soit véritablement utile, il faut aussi s’attacher à combler les lacunes existantes, a déclaré la conseillère fédérale. La Suisse doit en particulier obtenir un accès direct au système d’information Europol (EIS), de manière à pouvoir identifier plus facilement les personnes déjà soupçonnées de terrorisme dans d’autres pays de l’UE.

Autres rencontres et visites sur place

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en discussion avec des collaborateurs de l’organisation de sauvetage maritime MOAS
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga rencontre des membres de la fondation Migrant Offshore Aid Station (MOAS), soutenue par la Suisse

Madame Sommaruga a eu une série d’entretiens bilatéraux en marge de la réunion. Elle a rencontré Carmelo Abela, ministre de l’intérieur et de la sécurité de Malte, qui exerce actuellement la Présidence de l’UE. Monsieur Abela a remercié la Suisse de sa contribution à la recherche d’une solution pour renforcer le système Dublin.

La rencontre avec le ministre allemand de l’intérieur Thomas de Maizière a été l’occasion de discuter du plan d’action commun Suisse – Allemagne d’octobre 2016. Madame Sommaruga et Monsieur de Maizière ont évoqué non seulement les mesures prises à ce jour pour lutter contre les franchissements illégaux de la frontière, mais aussi les efforts communs en matière de retours. Tous deux ont souligné l’importance centrale de la coopération avec l’Italie dans ce domaine. Lors d’un bref échange avec la cheffe du DFJP, le ministre italien de l’intérieur Marco Minniti a fait part de l’intérêt de son pays pour un approfondissement de la collaboration en ce sens.

Vendredi, la conseillère fédérale s’entretiendra avec Beat Schuler, représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à Malte. Ensemble, ils discuteront de la situation migratoire sur l’île et des défis qui se posent pour la politique européenne commune en matière d’asile. Enfin, Madame Sommaruga rencontrera des membres de la fondation Migrant Offshore Aid Station (MOAS), soutenue par la Suisse. Cette organisation d’aide privée est active dans le sauvetage de canots de migrants en mer Méditerranée.

Infos complémentaires

Liens

vers le haut Dernière modification 26.01.2017

Contact

Service d'information DFJP
T
+41 58 462 18 18
Contact