Allocution de Mme la conseillère fédérale Ruth Metzler à l'occasion du 50ème anniversaire du HCR 14 décembre 2000, Genève

Discours, DFJP, 14.12.2000. Les paroles prononcées font foi

Madame le Haut Commissaire
Excellences
Mesdames, Messieurs

Permettez-moi tout d'abord de vous remercier chaleureusement de m'avoir invitée, ici à Genève, à l'occasion du cinquantième anniversaire du HCR, l'organisation onusienne la plus importante à vocation humanitaire.

Cette soirée représente un moment rare et précieux qui nous permet de saluer le courage et la détermination de millions de personnes qui, face à leur profonde détresse, n'ont eu d'autre choix que la perspective douloureuse de l'exil.

Plutôt que de parler de fardeau pour les sociétés qui les ont accueillis, nous aimerions rendre ici hommage aux milliers de réfugiés anonymes qui, par leur diversité, mais aussi par leur respect pour leur pays d'asile, ont contribué à l'épanouissement de notre société et à l'ouverture de la Suisse au monde.

Pour notre part, nous sommes fiers d'avoir facilité l'intégration de réfugiés qui constituent désormais une partie de nous mêmes.

Mais nous sommes également fiers d'avoir contribué au retour de ceux qui ont pu regagner leur pays d'origine dans des conditions de sécurité et de dignité.

Nous aimerions vivement associer le HCR à cet hommage et plus particulièrement les hommes et les femmes qui, tous les jours, sur le terrain, sont aux côtés des réfugiés. Certes, comme l'a souligné Madame Ogata, en soi, l'existence du HCR n'est pas une cause de célébration, elle témoigne, hélas, de la continuité de la persécution et de son corollaire, la nécessité de la protection.

Notre reconnaissance va particulièrement, ce soir, à ceux qui sont tombés pour la cause des réfugiés.

La Suisse, je puis vous l'assurer, va continuer à apporter au HCR le soutien dont il a besoin pour remplir la mission que lui a confiée la communauté internationale.

Il y a actuellement plus de 22 millions de réfugiés, de personnes déplacées ou d'êtres humains dans des situations analogues en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique.

La plupart de ces personnes ont besoin de protection et il faut chercher de nouvelles pistes pour leur venir en aide. C'est la raison pour laquelle la Suisse accueille avec satisfaction votre proposition de donner de nouvelles impulsions aux systèmes de protection qui sont déjà mis en vigueur.

L'année prochaine, la Convention de Genève sur le statut des réfugiés va célébrer son 50ème anniversaire.

La commémoration de ce demi-siècle d'existence nous fournit une occasion unique de rappeler solennellement que la Convention de 1951 reste le fondement sur lequel doit s'appuyer le droit international en matière d'asile.

En collaboration avec le HCR, la Suisse est disposée à envisager, l'année prochaine, une conférence internationale des Etats parties de la Convention.

Un tel événement ne devrait toutefois pas se limiter à rappeler les mérites du passé, mais surtout permettre d'aborder les thèmes susceptibles d'affermir encore la Convention et son champ d'application.

Nous nous réjouissons d'avance de travailler en étroite collaboration avec le HCR et son nouveau Haut Commissaire, M. Ruud Lubbers, auquel nous souhaitons courage et succès dans l'accomplissement de sa très lourde mission en faveur des réfugiés.

Pour terminer, je voudrais saisir l'occasion qui m'est donnée de remercier ici les autorités et le peuple de la République et du Canton de Genève pour leur hospitalité et attachement envers les organisations et la communauté internationales.

La Suisse tout entière profite du renomé de Genève en tant que siège de nombreuses organisations internationales, dont en particulier celles à vocation humanitaire comme le Haut Commissariat pour les réfugiés.

Je sais naturellement que la responsabilité d'une ville d'accueil entrainent de nombreuses obligations et je puis vous assurer que le Conseil fédéral continuera à soutenir les autorités et le peuple genevois à assurer voir à accroître encore son degré d'attraction et son ouverture sur le monde.

vers le haut Dernière modification 14.12.2000