Réception officielle de Micheline Calmy-Rey, Conseillère fédérale élue, à Genève

Allocution par Ruth Metzler-Arnold, Conseillère fédérale, le 12 décembre 2002

Discours, DFJP, 12.12.2002. Les paroles prononcées font foi

Monsieur le Président du Conseil national,
Mesdames et Messieurs les membres de l'Assemblée fédérale,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités cantonales,et municipales genevoises,
Mesdames et Messieurs,

C'est un honneur et un grand plaisir pour moi d'être ici ce soir parmi vous, pour fêter, en terre genevoise, l'élection de votre nouvelle Conseillère fédérale.

Vous, les Genevois, vous connaissez mieux que quiconque Micheline Calmy-Rey, votre Conseillère d'état depuis près de cinq ans. Sa personnalité, sa foi en la justice, son engagement pour la solidarité, son attachement à l'état et à la chose publique.

En dressant un court bilan de l'activité de Micheline Calmy-Rey en tant que directrice du département des finances du Canton de Genève, on ne peut que conclure qu'elle a mis de l'amour dans la gestion des comptes et des budgets.

Elle a ainsi géré les finances de l'Etat d'une main ferme comme peut l'être celle d'un parent, mais aussi avec une infinie tendresse, comme celle d'une maman. Elle a su caresser les chiffres et les inviter gentiment - quelques fois oui, un peu plus durement - à bien se comporter, pour ne jamais avoir à ... rougir.

On disait autrefois que les comptes de l'état devaient être gérés avec l'esprit d'un père de famille. Micheline Calmy-Rey a pour sa part montré de quoi elle était capable en menant une gestion avec l'esprit d'une mère de famille.

Toi et moi, qui avons exercé les mêmes fonctions, le constatons aujourd'hui, la méthode a fait recette....

Micheline Calmy-Rey a ainsi montré que la rigueur financière et la gestion bien faite sont une composante essentielle de l'action politique.

Micheline Calmy-Rey a bâti une partie de son action politique sur les chiffres: quelle belle leçon pour tous ceux qui croient que la politique n'est qu'une affaire de mots!

Ce soir c'est également la fête de la République et Canton de Genève et du peuple genevois.

Avec l'élection de la nouvelle Conseillère fédérale, le parlement fédéral a voulu montrer l'importance qu'il attache à cette République métropolitaine, internationale ... et un peu rebelle.

Avant poste de la Suisse ouverte au monde, Genève n'a pas fini de servir d'exemple à notre pays .

Genève la multiculturelle. Genève est depuis des décennies un exemple réussi d'intégration en une République forte, fière et solide, d'une quantité d'hommes et femmes venus ici en provenance d'autre cantons et d'autres nations.

A l'heure où notre pays semble être confronté à de nouvelles fractures, où une partie de la Suisse semble avoir perdu de vue l'importance de l'immigration dans son histoire, et surtout, pour son avenir, Genève constitue là encore un exemple.
Genève montre ainsi les succès d'une vision de la migration fondée sur l'espoir et non pas sur la peur.

A tous ceux qui ont approché la République avec espoir, avec honnêté, avec envie de travailler et de construire, Genève a ouvert ses portes et son coeur.

La Suisse doit faire de même: fonder sa vision sur l'espoir, en accueillant en son sein ceux qui veulent bâtir leur avenir avec le nôtre.

Et en refusant les malveillants et les tricheurs. Non pas avec des mûrs construits avec les briques de la peur et de l'intolérance, mais avec la force de la Loi et de l'Etat de Droit.

Ce soir, permettez-moi aussi de rendre hommage à celle qui s'en va.

Ruth Dreifuss: femme, politicienne tenace - certains disent têtue - parfois adversaire redoutable , et amie.

Ruth Dreifuss s'est battue pour ses convictions, mais surtout pour l'état: elle s'est battue pour vous, pour nous, et je m'inclus moi-même aussi .

Ruth Dreifuss, elle, est déjà dans l'histoire de la Suisse, en devenant en 1999, première femme présidente .

La Suisse entière s'en est réjouie, mais vous, Genevoises et Genevois, vous pouvez être particulièrement fiers de ce précédent !

Mesdames les Conseillères fédérales,

.... c'est la première fois que j'ai l'occasion de m'adresser simultanément à deux Conseillères fédérales; laissez-moi savourer cet instant.

Chère Ruth, Chère Micheline,

C'est un honneur pour moi ce soir d'être ici témoin de l'arrivée de l'une et du départ de l'autre.

Moi, appenzelloise et lucernoise, je me mets volontiers à disposition pour être ce pont "officiel" sur lequel les deux conseillères fédérales genevoises marchent, se rencontrent, se saluent et se passent le témoin.

A Ruth, je dis: au revoir. Et surtout merci.
Merci de tout coeur.
A Micheline, je dis: bienvenue.

Mes voeux t'accompagnent, Micheline, dans l'accomplissement de la tâche qui t'attends, belle, mais ardue.

Comme conseillère d'état, tu as déjà connu les feux de la rampe: la belle lumière qui illumine les succès, mais brûle le visage dans les moments difficiles.

Micheline, tu as été élue par le Parlement - au moins par une partie de celui -ci - comme femme socialiste romande.

Ce n'est un secret pour personne que je suis d'une appartenance politique différente.... un peu plus démocrate-chrétienne, pour être précise.

Mais j'ai un profond respect pour les idées que tu défends , tout comme je respecte profondément toutes les forces politiques qui participe au dialogue démocratique.

Il y a des forces - minoritaires - dans ce pays qui bâtissent leur puissance sur les peurs, sur les craintes, sur la perte de confiance, sur le manque de dialogue, sur l'égoïsme, sur les solutions illusoires, sur le déni de la responsabilité gouvernementale.

Nous devons refuser de nous plier au défaitisme de certains et au catastrophisme des autres.

La Suisse a besoin aujourd'hui, plus que jamais, de réunir - au delà de l'appartenance partisane - les forces positives et constructives de ce pays autour de la recherche de solutions et de la construction de nouvelles opportunités.

Aux problèmes nous devons répondre avec des solutions nettes, d'une main ferme, mais avec l'esprit clair et souple.

Et surtout en regardant vers l'avant, le regard confiant!

Bienvenue, Micheline, au sein du Conseil fédéral!

vers le haut Dernière modification 12.12.2002