#DFJPnumérique

Mots-clés: Cyberadministration

*

Entamée il y a une trentaine d’années, la numérisation revêt aussi une importance prioritaire au Département fédéral de justice et police (DFJP), où elle imprègne les activités du département.

Le DFJP exploite par exemple toute une série de systèmes d’information qui jouent un rôle central pour assurer la sécurité de la Suisse. Les forces de police, le Corps des gardes-frontière, les autorités compétentes en matière de migrations ainsi que divers autres services fédéraux et cantonaux travaillent quotidiennement avec ces systèmes. Plusieurs milliers d’utilisateurs peuvent les consulter 24 heures sur 24, y compris en déplacement, via les applications mobiles.

Dans le cadre du projet "Justitia 4.0", le DFJP travaille en étroite coopération avec de nombreux partenaires – tribunaux cantonaux et fédéraux, directions cantonales de la justice, Conférence des procureurs de Suisse, Fédération suisse des avocats, Ministère public de la Confédération – à préparer la transformation du système judiciaire suisse et son passage au numérique. Le but est que d’ici quelques années, toutes les parties puissent communiquer par voie électronique. L’OFJ pilote les travaux législatifs. 

Le domaine de l’asile mise déjà depuis plusieurs années sur des solutions électroniques. Depuis le printemps de 2019, les demandes d’asile sont traitées électroniquement dans le système eAsile, contribuant ainsi à l’accélération des procédures. La répartition des requérants d’asile et la gestion des capacités d’hébergement se font aussi de manière électronique. De même, le rapatriement des requérants déboutés et l’aide au retour (eRetour) sont toujours plus fréquemment gérés électroniquement. Le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) a aussi numérisé dans une large mesure divers autres processus (par ex. les procédures de traitement des demandes de naturalisation et de visas).

Le DFJP propose également une vaste gamme de prestations numériques, utilisées tous les jours par un grand nombre d’entreprises et de citoyens, par exemple pour faire établir un nouveau passeport ou une nouvelle carte d’identité ou pour commander un extrait du casier judiciaire.

Pour garantir le bon fonctionnement de tous ces processus et de toutes ces prestations, le DFJP doit actualiser régulièrement ses systèmes et ses applications et, au besoin, en développer de nouveaux.

Les champs d’application du numérique au DFJP sont variés. Ci-après une sélection de projets en cours ou déjà concrétisés.

 

Projets actuels (automne 2019):

Il est essentiel de pouvoir fournir la preuve de son identité dans le monde virtuel. L’Office fédéral de la justice (OFJ) pilote les travaux d’élaboration d’une loi sur les services d’identification électronique (e-ID). La future loi fixera des règles claires pour l’identification électronique et garantira ainsi une sécurité accrue aux internautes.

e-ID

Avec le tournant numérique du système judiciaire suisse, le projet "Justitia 4.0" vise à transformer l’échange d’écrits dans le cadre des procédures judiciaires en matière pénale, civile et administrative. À l’avenir, toutes les parties (en particulier les avocats et les experts) à une procédure judiciaire à l’échelon cantonal ou fédéral pourront communiquer par voie électronique via un portail central hautement sécurisé avec les quelque 300 tribunaux, les ministères publics et les autorités d’exécution. L’OFJ pilote les travaux pour l’élaboration des bases légales.

À l’avenir, les originaux des actes authentiques devront pouvoir être établis sous forme électronique. Les documents seront conservés en sécurité dans un registre national des actes authentiques.

Actes authentiques électroniques et légalisation électronique

L’OFJ met à disposition sur son site internet des formulaires que les parties peuvent utiliser pour leurs requêtes dans certaines procédures civiles.

Formulaires

L’Institut fédéral de métrologie (METAS) se dote d’installations de mesure pour tester les senseurs dont sont équipés les véhicules autonomes. Ces installations permettent de simuler des conditions de trafic et, partant, de vérifier le bon fonctionnement de ces dispositifs.

Un autre projet est en cours à METAS en vue de développer des outils fondés sur l’intelligence artificielle et de concevoir des prestations d’étalonnage novatrices, répondant aux besoins de l’ère numérique.

L’introduction de la gestion électronique des titres de protection quasiment achevée, l’Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle (IPI) souhaite offrir à ses clients une gamme étendue de procédures et de services numériques concernant ses différents registres. L’IPI commencera par transmettre l’ensemble de sa correspondance pour les marques par voie électronique à ses clients, puis optimisera la recherche dans le registre national en ligne des marques. Il est aussi prévu que les clients puissent demander, directement en ligne, une modification d’une inscription dans le registre.

Swissreg

Les forces de police et les autorités compétentes en matière de migrations ont accès à de nombreux systèmes d’information à l’échelle européenne. Aujourd’hui, ces systèmes doivent être interrogés séparément, ce qui entraîne une perte d’efficacité et de temps. À l’avenir, une solution informatique – l’interopérabilité – assurera un accès unique aux informations des différents systèmes. Un projet est en cours en ce sens sous la houlette de fedpol et du SEM.

Echange d’informations

Le SEM s’appuie toujours plus sur des solutions informatiques pour gérer le rapatriement de requérants déboutés et l’aide au retour. 


 

Projets mis en œuvre

Les particuliers peuvent commander en ligne, auprès de l’OFJ, des extraits du casier judiciaire signés numériquement.

Casier judiciaire

Les passeports et les cartes d’identité, délivrés par fedpol, peuvent être commandés en ligne.

Commander un passeport et/ou une carte d'identité

La loi fédérale sur les services de certification dans le domaine de la signature électronique et des autres applications des certificats numériques fixe les conditions pour qu’une signature électronique ait la même valeur légale qu’une signature manuscrite.

Signature électronique

Avec le projet e-LP, l’OFJ a édicté une série de prescriptions techniques et organisationnelles pour permettre un échange structuré, par voie électronique, de données dans les procédures de poursuite. Depuis 2018, plus de la moitié des poursuites sont déjà traitées par voie électronique.

Norme e-LP 

Depuis 2005, tous les événements d’état civil sont enregistrés dans le Registre de l’état civil (Infostar), auquel tous les offices de l'état civil suisses sont raccordés. Infostar permet de gérer efficacement les données, sans perte de qualité et avec une sécurité garantie.

Infostar

Le système eAsile sert au traitement électronique des cas relevant du domaine de l’asile. Il s’inscrit dans la droite ligne de l’accélération des procédures, en vigueur depuis le 1er mars 2019.

eAsile

Les forces de police et les ministères publics peuvent saisir leurs ordres de surveillances directement en ligne. 

Surveillance des télécommunications

Avec ce programme, le Service SCPT crée les conditions techniques pour que son système de traitement soit accessible, dans toute la mesure du possible sans rupture de média, aux autorités de poursuite pénale de tous les cantons.

Programme "Surveillance des télécommunications"

Dans le cadre de la gestion des titres de protection, l’IPI permet d’ores et déjà de déposer électroniquement les demandes d’enregistrement de marques, de brevets et de designs.

Swissreg

vers le haut Dernière modification 23.10.2019